La radiographie


   La radiographie a un intérêt diagnostique majeur dans de nombreux domaines de la médecine. Elle utilise la propriété physique qu'ont les rayons X de traverser la matière et d'impressionner une plaque photographique, ou, de façon plus moderne, un capteur numérique. Cette technique est fondée sur une différence d'absorption des rayons par les différents tissus du corps en fonction de leur densité.

Son principe consiste à impressionner sur un film radiographique les différences de densité d'un organe. Un faisceau de rayons X produit par un tube à rayons X (cf. La production des rayons X) est émis en direction de la zone du corps humain à examiner et traverse le corps du patient. Comme les rayons X traversent la matière, le film radiographique peut garder l'impression et livrer l'image de notre anatomie interne. Au cours d'une radiographie, les rayons vont rencontrer soit des tissus, soit des muscles ou encore des os.. Les rayons X traversent facilement les cavités de l'organisme contenant de l'air, les tissus mous, mais sont arrêtés par les os, les dents, etc. qui ont une densité plus importante. La plaque photographique, située face à la source de rayons X et derrière le sujet, sera donc fortement exposée en regard des tissus mous, et faiblement en regard des os et des tissus denses. En fonction de la densité de l'organe radiographié, le cliché sera plus ou moins noirci. Ainsi, les structures osseuses apparaissent en blanc et les organes qui, comme les poumons, contiennent beaucoup d'air laissent passer les rayons et apparaissent en noir ; entre ces deux extrêmes, toutes les nuances de gris existent.

Malgré le fait que les tissus mous tels que les poumons et le foie laissent passer les rayons X, il est très facile d'observer une tumeur par exemple sur ces tissus à l'aide d'une radiographie, et l'on distingue vaguement la forme des tissus en nuances de gris.

Les examens radiologiques standards ou conventionnels utilisent un appareil comprenant un émetteur de rayons X et un écran fluorescent, sensible à ces derniers. Une partie des rayons émis sont absorbés par l'organe examiné, tandis que les autres le traversent et impressionnent une plaque photographique en détruisant les sels d'argent. Cette technique d'imagerie médicale a un large champ d'application: visualisation de taches sur des poumons malades ou dans les seins (mammographie), de fractures osseuses, de (petits) calculs dans la vessie ou la vésicule biliaire...

La radiologie numérique, méthode plus récente, fait appel outre l'ancien appareil à un amplificateur de luminescence qui recueille l'image radiante. L'image visible est «reprise» par une caméra vidéo, dont le signal est numérisé, puis stocké et traité par un système informatique.  Cette technique d'exploration est très utile pour la visualisation des vaisseaux, ou angiographie, et notamment celle des vaisseaux coronaires. Elle facilite également la visualisation des résultats en permettant un grossissement très important pour voir d'éventuelles fissures osseuses ou la transmission, via des réseaux sécurisés entre différents professionnels de santé.

La radiographie de contraste est utilisée dans tous les examens qui nécessitent l'administration d´un produit opaque aux rayons X, comme par exemple l'observation du tube digestif, normalement radioperméable. En radiographie, les sels de baryum sont utilisés dans ce but. Dans l'industrie pharmaceutique ce produit porte le nom de Micropaque® et se présente sous forme de solution buvable ou rectale en flacon de 150 mL(AMM n°306.749.9) ou de 500 mL (AMM 306.750.7). Les sels de baryum sont radio-opaques et apparaissent de façon très nette sur une radiographie, d'une teinte égale à celle des tissus osseux (c'est à dire proche du blanc).


Bienvenue dans l'animation sur la radiographie.

Cliquez sur le bouton "rayons X" et déplacez le curseur pour comprendre ce qui se passe lors d'un examen.

Le rayonnement visible

Lorsque l'on éclaire un objet avec une source lumineuse (longueur d'onde comprise entre 400 et 800 nm), on illumine l'objet: celui-ci réfléchit une partie de la lumière (lumière diffusée) et donne naissance à la notion de couleur. Ainsi un objet de couleur rouge absorbe en fait toutes les longueurs d'onde de lumière différente du rouge, et ainsi réfléchit une lumière avec une composante rouge plus ou moins intence.
Cependant, le rayonnement visible n'a aucun intérêt dans la radiographie car il est peu énérgétique (comparé aux rayons X et gamma), et son pouvoir de pénétration typique est de l'ordre du micron (0,001 mm) dans la matière !

Les rayons X "mous"

Ces rayons correspondent à un rayonnement 1000 à 10000 fois plus énergétique que la lumière visible, on comprend alors aisément qu'il pénètre plus profondément dans la matière (leur parcours est de l'ordre de quelques mm à un centimètre).Ils sont donc utiles pour "éclairer" les zones peu denses de l'organisme, comme par exemple les poumons ou le foie. Ils sont produits par le bombardement d'électrons émis par une électrode sur une autre électrode chargée positivement; les éléctrons sont accélérés par une haute tension entre les 2 électrodes et lors du passage des électrons dans l'électrode positive, il y a ralentissement de ceux-ci avec une émission importante de photons X (rayonnement de freinage).

Les rayons X "durs"

Ces rayons constituent la partie la plus énergétique des rayons X; ils ont un pouvoir de pénétration plus important (quelques cm). Ils sont donc utilisés principalement dans les examens radiologiques de zones denses (squelette, crâne, etc...). Les rayons X sont produits par l'intéraction entre les électrons des atomes et l'électron du rayonnement de freinage; c'est donc essentiellement un processus atomique.

Le rayonnement Gamma

Ce rayonnement constitue la lumière la plus énergétique que l'on puisse créer; elle correspond à des énergies plusieurs millions de fois supérieurs à celle de la lumière visible (et 10 fois supérieur à celle des rayons X "durs"). Son pouvoir de pénétration est intense et atteint plusieurs mètres ! A tel point qu'il faut s'en protéger par des blindages en plomb, l'élément non radioactif le plus dense. Ce rayonnement est produit lors de réactions nucléaires et implique une action sur le noyau de l'atome, c'est donc un processus nucléaire.

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site